- Création de sites web, blogs,
  pages Facebook
- Hébergement
- Gestion de mail avec antispam
- Dépôt de noms de domaine

3 rue Blomet
75015 Paris

Tél  01 47 31 85 41


Rechercher
 
[Tout voir]
Catégories
  C ds l'r
  HiTech
  Internet
  Siteparc
  Photo
  Ailleurs Land
  PC-Mac

   

Derniers commentaires
[Comment reconnaitre un email frauduleux]
Colette34 : Mise à jour de mon GPS Tomtom impossible sur le si (10/06/2017)

[Nouveau site : Alz Junior]
'Orientation scolaire : Tres intéressant dans le cadre de l'Orientation sc (16/12/2016)

[Nouveau site : Alz Junior]
ENfant : Tres intéressant dans le cadre de l'Orientation sc (16/12/2016)

[Le prix d'un CD]
MusicHome : Mon contact producteur et studio : dessabba@gmail. (02/09/2016)

[Le prix d'un CD]
MusicHome : je produis des artistes avec un vrai projet et un (02/09/2016)


Références
Mentions légales
Photo Zach Dischner
 
Le règne de l’informatique molle
Par Christophe Andréani, jeudi 14 février 2008 à 11:48 - C ds l'r

L’ordinateur familial considère aujourd’hui que ce qu’il est en train de faire est plus important que ce que l’utilisateur désire faire.

Depuis les années 2000, de plus en plus d’appareils électroniques intègrent une partie informatique. La technologie numérique s’installe ainsi chaque jour davantage aux côtés de « l’ancienne » technologie analogique. Mais cela semble aller de pair avec un manque d’ergonomie toujours plus croissant, lié à une réactivité de plus en plus « molle » des machines. Les appareils électroniques sont de plus en plus puissants, certes, mais ils réagissent aussi de plus en plus lentement aux ordres des utilisateurs. Les fabricants n’ont pas l’air de se soucier de cette situation, malgré les jurons que profèrent de plus en plus d’utilisateurs à l’encontre de ces machines toujours plus lentes à réagir.

Comparons, par exemple, le temps de réaction d’un simple magnétophone des années 1980 à celui d’un récent lecteur DVD : Avec le magnétophone, un appui sur la touche «Lecture » déclenche quasi-instantanément la lecture. La touche « Stop » l’arrête tout aussi rapidement  et, comble de la perfection, le bouton « Eject » éjecte instantanément la K7. Avec le lecteur de DVD, un appui sur la touche lecture ne déclenche pas la lecture, enfin pas tout de suite. Cela enclenche d’abord un processus qui, après plusieurs secondes, une... deux...  va déclencher la lecture. Les boutons « Stop » et « Eject » réagissent de la même façon, en forçant l’utilisateur à attendre quelques secondes avant de voir son ordre exécuté. Où est passée l’ergonomie ?

Autre exemple : Zapper d’une chaîne de télé à une autre en appuyant sur la touche « + » pour passer à la chaîne suivante. Avec le réseau hertzien et nos 6 valeureuses chaines classiques, le passage de l’une à l’autre est quasi-instantané. Depuis l’avènement de la télévision par câble, par satellite ou par ADSL, le passage d’une chaine à l’autre impose désormais à l’utilisateur d’attendre, là encore, une à deux secondes avant de voir sa demande exécutée. Bien sûr, il y a plus de cent chaînes disponibles mais la non-réactivité du système n’incite pas à balayer plus de cinq ou six chaînes de suite. Le progrès est-il réel ?

L’exemple le plus flagrant est celui des premiers appareils photos numériques. Ces fameux « nouveaux » appareils qui mettaient plusieurs secondes à s’allumer et, surtout, qui ne prenaient pas la photo quand on appuyait sur le déclencheur mais une seconde plus tard ! Ces appareils, inutilisables pour une grande majorité d’utilisateurs, ont quand même été commercialisés à grande échelle ; Suffisamment pour que la photo numérique détrône aujourd’hui la photo argentique. Les fabricants sont désormais conscients de la nécessité de fabriquer des appareils réactifs. La plupart des appareils récents se mettent en marche  désormais en moins d’une seconde et prennent leurs photos quasi-instantanément. Mais pourquoi les autres catégories d’appareils ne profitent-elles pas de ces avancées ergonomiques (qui, finalement,  ne sont pas des avancées mais simplement un retour à un comportement normal) ?

Dernier exemple, mais peut-être le plus emblématique : L’ordinateur familial. Grâce à lui, le concept, unique, de la machine qui devient de plus en plus « molle », au fil du temps existe. Plus on utilise un ordinateur - sur une période de plusieurs mois -  plus il réagit lentement aux ordres de l’utilisateur. Il n’est pas question ici de virus, simplement d’une conception non aboutie du sytème d’exploitation qui accumule de plus en plus de fichiers-systèmes au fil du temps. Ces fichiers, l’ordinateur les relit systématiquement avant de répondre à toute nouvelle sollicitation de l’utilisateur (clic de souris). En peu de temps, quelques mois, parfois quelques semaines, l’utilisateur ressent un manque de réaction systématique de la machine occupée à gérer sa base de données gargantuesque plutôt que de répondre à ce qu’on lui demande.

On pourrait résumer la situation ainsi : L’ordinateur familial considère aujourd’hui  que ce qu’il est en train de faire est plus important que ce que l’utilisateur désire faire. Ainsi, il faut attendre que la machine ait terminé ses opérations techniques de routine (démarrage qui n’en finit pas, initialisations de trente six programmes pas vraiment indispensables mais installés à notre insu, connexions systématiques à Internet pour vérifier les nouvelles versions, etc.) avant d’espérer que notre « clic » de souris puisse être pris en compte.

Actuellement, c’est souvent à l’utilisateur d’attendre la disponibilité de la machine. Et pourtant les ordinateurs renferment une puissance de calcul considérable : Les programmes d’images 3D, les jeux en immersion totale, les logiciels de compression de fichiers audio et vidéo s’exécutent plutôt rapidement. Mais, curieusement, le système d’exploitation – c’est à dire l’environnement du « bureau » - reste toujours aussi lent et peu réactif. Est-ce si difficile, techniquement, de privilégier les ordres envoyés par la souris plutôt que les tâches en cours de l’ordinateur ? Comment être crédible quand on explique à un novice en informatique, qu’il est normal de devoir attendre deux ou trois secondes - voire davantage - pour qu’un simple « clic » de souris soit pris en compte par une machine capable d’exécuter, en théorie, deux milliards d’opérations par seconde (pour un ordinateur intégrant un processeur standard de 2 GHz) ?

Le succès très mitigé de Vista, le nouveau système d’exploitation de Microsoft, s’expliquerait-il aussi par cela ? A aucun moment, Microsoft n’a communiqué dans le sens d’un système d’exploitation vraiment plus rapide, plus vif, qui réagirait instantanément aux commandes de l’utilisateur  et, cela est crucial, durant toute la durée de vie de l’ordinateur. Au contraire, de nombreux  bancs d’essais jugent Vista encore plus lent à réagir que Windows XP. Combien de temps encore les concepteurs et les ingénieurs nous imposeront-ils ces ordinateurs qui manquent de vivacité ? Faudra t-il les inciter à se rappeler des premiers ordinateurs familiaux des années 1980 ( Apple II, Oric, Sinclair Spectrum, Commodore 64, Amstrad CPC qui n’avaient, certes, pas d’interface homme-machine sophistiquée mais qui réagissaient rapidement ) pour qu’ils comprennent que la réactivité d’une machine est souvent préférable à sa puissance ?

3 commentaires - Répondre  


Bertrand - 15/02/08 à 15:38
suis d'accord ... 100% !
 
K-geoir - 03/03/08 à 22:38
Il faut aussi noter que les utilisateurs sont très exigent sur la beaute des interfaces graphiques... Deplus ces derniers font fonctionner de plus en plus de programme en meme temps. En réalité la perte de puissance dû au fait que la machine fonctionne depuis longtemps n'est pas imputable qu'a l'OS a vrais dire assez peu à l'OS sauf peut être Windows ;), les programme qui ne sont pas correctement dévelopé ne libere pas la mémoire alouer d ou la perte... Bref des études ont été menné sur ce sujet: Windows commence à faiblir au bout de 2 jours, Linux au bout de 2 semaine et MacOS au bout d'un mois... (je n'ai plus les chiffre exact mais c ce dont je me souviens). Je suis globalement d'accord avec le constat de cette article, les lacement d'application sont bcp trop lent aujourd'hui, mais les tailles et les fonctionnalité ne sont pas non plus les memes. parcontre pour tout ce qui embarqué, lors que l'on aurra des dique dure a mémoire flash on devrais gagner en fluidité et en rapidité. On a déjà des outil comme l'Ipod nano qui sont sacrément fluide. Je pense que dans l'avennir on retrouvera la fluidité d'antant. :)
 
dépannage informatique - 19/04/11 à 11:43
personnellement je choisis un ordinateur non pas pour sa beauté mais pour ses fonctionnalités. Le design passe après sa puissance, c'est essentiel si l'on ne veut pas acheter un pc tous les 2 mois
 

3 commentaires - Répondre