- Création de sites web, blogs,
  pages Facebook
- Hébergement
- Gestion de mail avec antispam
- Dépôt de noms de domaine

3 rue Blomet
75015 Paris

Tél  01 47 31 85 41


Rechercher
 
[Tout voir]
Catégories
  C ds l'r
  HiTech
  Internet
  Siteparc
  Photo
  Ailleurs Land
  PC-Mac

   

Derniers commentaires
[Comment reconnaitre un email frauduleux]
Colette34 : Mise à jour de mon GPS Tomtom impossible sur le si (10/06/2017)

[Nouveau site : Alz Junior]
'Orientation scolaire : Tres intéressant dans le cadre de l'Orientation sc (16/12/2016)

[Nouveau site : Alz Junior]
ENfant : Tres intéressant dans le cadre de l'Orientation sc (16/12/2016)

[Le prix d'un CD]
MusicHome : Mon contact producteur et studio : dessabba@gmail. (02/09/2016)

[Le prix d'un CD]
MusicHome : je produis des artistes avec un vrai projet et un (02/09/2016)


Références
Mentions légales
Photo Zach Dischner
 
Commentaires

Freemobile, le printemps à rabais de la téléphonie

sylvie - 29/01/12 à 12:12
moi je ne comprends pas pourquoi s'acharner sur les autres quand on connait pas l'histoire de Niels mdr : j'ai tout résilié y compris la revolution : le monde

"Il s'appelle Xavier Niel, il a 37 ans et pèse 700 millions d'euros. Son seul problème : il est dans le collimateur de la justice. Portrait de l'homme le plus secret de la net économie.

Ses interviews se comptent sur les doigts de la main et ses apparitions publiques sont aussi rares que celles d'Oussama Ben Laden. Catherine Maussion, journaliste à Libé, se souvient d'une conférence de presse de Xavier Niel organisée à l'occasion de l'introduction de son groupe au CAC 40: "On voyait qu'il s'était fait violence pour venir et pour prendre le micro". Un paradoxe pour celui qui est à la tête du groupe Iliad, un véritable empire de la téléphonie et de l'internet : Free, OneTel, Kertel...

Classé parmi les 200 Français les plus riches et élu "homme de l'année" par le Journal du Net, le créateur de la Freebox reste une énigme. Son visage même est longtemps resté un mystère, jusqu'à l'apparition récente de photos officielles. Presque poupon, les cheveux mi-longs, le multi-millionnaire au physique d'étudiant n'est pas du genre à poser avec sa femme et son chien à la Une de Paris-Match. Il veut que ses enfants puissent continuer à aller à l'école publique du coin de la rue sans être montrés du doigt. Aux déjeuners d'affaires et aux soirées branchées, le roi de l'internet gratuit préfère les réunions du réseau Voltaire avec des amis de gauche et les virées dans les catacombes parisiennes. "Il est très discret et il a cloisonné sa vie privée à mort", confie un patron qui a déjeuné avec lui plusieurs fois. "Il est maladivement inhibé", ajoute même Thierry Ehrmann, PDG du groupe Serveur, avant de saluer "l'une des plus belles réussites européennes".

Un cowboy au pays du minitel rose

Thierry connait bien Xavier. Ils se sont rencontrés il y a quinze ans et ont gagné leurs premiers millions en même temps... à l'époque du minitel rose. En sortant l'histoire des sex-shops et de l'argent sale, le juge Van Ruymbeke a ressorti de vieux souvenirs dont Xavier Niel a bien du mal à se débarrasser. Il doit aujourd'hui affronter son passé et se replonger dans une époque trouble qu'il porte comme une croix. En 1983, Xavier est encore au lycée de Créteil lorsque les premiers minitels apparaissent. C'est aussi l'année du film Wargames sur les exploits d'un jeune pirate informatique. Il décide aussitôt de se lancer dans l'aventure et commence à fabriquer quelques sites avec des copains. A partir de 1984, l’apparition des messageries érotiques est une poule aux oeufs d'or. Les 3615 DUCUL déferlent sur la France et l'étudiant en prépa gagne très vite beaucoup d'argent dans un milieu où les frontières entre les services de rencontre, la pornographie et la prostitution sont parfois épaisses comme du papier à cigarette. Lui aussi s'arrange quelque fois avec sa conscience. "Je l'ai connu dans le minitel en train de ne rien branler et de faire du copié-collé des copains !", se souvient Thierry Ehrmann, concurrent à l'époque. Il se comporte comme un cow-boy, parfois à la limite du hors-la-loi, toujours à l'affut des bons coups.
"
 
Luc - 30/01/12 à 17:57
Bonjour,

Je partage le point de vue de Patrick. Les quelques vidéos qui tournent sur des préposés à la retape téléphonique mis mal à l'aise lorsque confrontés aux tarifs de leur employeur confinent au vulgaire. C’est petit, facile et lâche.

Ceci étant ressortir au sujet de Niel ces sempiternelles histoires de cul relève d'une méconnaissance totale de la chose : Tout l'internet français vient du cul, c'est clair net et précis. Sans cul il n'y aurait pas eu de FAI chez nous ou disons bien plus tard.
Ce sont les gens du cul précisément parce que eux connaissaient bien les histoires de réseau (minitel, serveurs télématiques etc…) qui ont permis à l’internet français grand public de naitre (Worldnet, Imaginet, FranceNet, France Teleclown etc…)

Sur ce plan, la trajectoire de Niel est relativement banale.
 
philippe - 30/01/12 à 18:09
je suis bien d 'accord , je connais aussi l'histoire que relate Sylvie, en gros ce boss là je lui confierais pas ma sœur :-))
et ou veut on aller ? moins cher.. moins de service encore et toujours.
payer 50 ou 100 euros / mois si on a un vrai service et pourquoi pas nos communications en ont besoin !!!
a 20€ je pense que le niveau des hotlines n'est pas prêt de s'améliorer chez tous les opérateurs.
bien à vous
 
télémaintenance - 02/08/12 à 10:35
Le low-cost a un prix, un peu comme cette vieille maxime de marketing qui dit que lorsqu'un produit est gratuit, le client devient le produit...

Pour ce qui est de se goinfrer, je suis bien d'accord, nous aurions besoin d'un tel opérateur pour dynamiter les monopoles en Suisse.... nous conservons des prix indécents depuis des décennies, parmi les pires d'Europe.
 

Retour article